Attaques de requins à La Réunion: réactions

Les réactions ont été nombreuses suite à mon interview sur Europe 1. La majeure partie d’entre d’elles furent des témoignages de soutien pour le travail que nous effectuons sur l’étude et la protection des requins. J’ai également reçu énormément de questions par rapport à la situation qui règne actuellement à La Réunion suite aux attaques à répétition que vient de connaître l’île.  J’ai souhaité vous faire partager l’un de ces mails reçu ainsi que la réponse que j’y ai apportée pour vous montrer à quel point le sujet est actuellement sensible… (par respect pour l’internaute qui m’a adressé ce mail, je n’ai pas souhaité divulguer son identité. Lui, contrairement à d’autres, a eu au moins le courage de ne pas m’adresser un message anonyme!)

Bonjour
J’ai écouté avec intérêt vos commentaires sur Europe 1 ce qui m’amène à réagir. Je cotoie les requins depuis de nombreuses années en pratiquant la chasse sous marine à Mayotte et d’autres sport (kite surf, surf…). Je vis entre Mayotte et l’Ile de la Réunion. Je partage entièrement votre indignation face aux pêches industrielles d’ailerons de requins. La protection est une nécessité absolue.
Maintenant protéger quel que soit le coût pour l’homme me semble contre productif. Face à l inacceptable  ou à des positions radicales de la part de certains se disant écologistes, nous aboutirons à l’incompréhension de la population. La protection sera alors non acceptée et certains citoyens passeront outre.
Si je tiens ce discours c’est que, comme vous le savez peut être, les attaques de requins se multiplient dans l’océan indien. Deux morts aux Seychelles , ce qui n’était jamais arrivé. 4 morts à la Réunion et près de huit attaques dont la dernière chez une personne se trouvant sur son Kayak ce que l’on ne pouvait pas imaginer.Une des personnes tuée a été attaquée à 10 mètre du bord, le matin à 10 h l’eau étant claire en se mettant à l’eau. Jusqu’à il y a 6 mois, les attaques concernaient les surfers ou autres  qui allaient pratiquer leur activité en sortie de ravine après de fortes pluies et le soir (environ un mort par an de puis 20 ans). Actuellement il devient impossible de pratiquer des sports nautiques à la réunion. Certains refusent que des mesures radicales soient prises alors que l’on sait que toutes les attaques sont dues aux requins bouledogues. Si rien n’est fait ,je crains que certains posent des lignes dérivantes qui tueront tous les requins sans distinction. 
Quelles sont les raisons d’un tel changement? Certains disent que les requins n’ont plus rien à manger au large. D’autre accusent   le changement climatique et le réchauffement des eaux. D’autres encore mettent en cause la création récente d’une réserve marine…
En tout cas concrètement à la réunion,  alors que jamais nous aurions cru cela possible,nous sommes dans une situation qui rappelle le film « les dents de la mer ». Ne peut-on pas envisager un prélèvement ciblé ?
Je me permets par ailleurs de vous poser une question si vous avez le temps d’y répondre. Certains magasins nous proposent des dispositifs anti-requins: champ électrique (coût 550 Euros) ou bracelet magnétique (55 Euros). Ces dispositifs sont t-ils efficaces?
Merci d’avoir bien voulu lire ce message et penser à tous ces morts lors de vos prochaines interventions sur les requins
Cordialement 
J.M. R.

Le 17 Octobre 2011,

Cher Monsieur,

Je vous remercie de votre message que j’ai lu avec grand intérêt. Tout d’abord, permettez moi de vous dire que je continuerai à m’exprimer comme bon me semble et que je trouve votre dernière remarque plutôt déplacée car avant de vouloir jouer les moralistes il faut peut être savoir ce que pense les gens, ce qui n’est pas le cas puisque nous ne nous connaissons pas me semble t-il?

Ceci étant dit, je ne vous contredirai pas en ce qui concerne une augmentation des attaques au niveau de La Réunion ni en ce qui concerne un certain extrémisme écologique qui ne fait qu’envenimer les choses. Effectivement la situation à la Réunion n’est pas commune et plutôt exceptionnelle. Maintenant je pense qu’il faut se poser les bonnes questions et  éviter, comme dit le proverbe, de mettre la charrue avant les boeufs ce qui, à mon sens, a été fait sur l’île de La Réunion.

Je travaille depuis plus de 20 ans sur les requins et principalement sur le grand requin blanc. Ce travail m’amène à travailler aussi bien avec des scientifiques qu’avec la communauté de surfeurs à travers le monde avec qui nous avons entrepris de mettre en place un programme d’information pour justement éviter ce genre d’attaques. Aujourd’hui toute la communauté scientifique vous le dira: un « prélèvement » même ciblé ne sert strictement à rien et à chaque fois que cela a été fait cela n’a rien empêché bien au contraire. En plus le mot prélèvement n’a aucun sens. Ne nous trompons pas de mot et appelons un chat un chat: il s’agit ni plus ni moins que d’une autorisation de captures de requins. Il faut faire plaisir au peuple alors il faut sacrifier!

Vous dites que « toutes les attaques sont dues au requin bouledogue ». C’est faux car personne n’est capable à ce jour de dire quelle est la ou les espèces de requins responsables des attaques qui je vous le rappelle ont eu lieu sur une bande côtière de quelques kilomètres dans le secteur de Saint Gilles. Certains ont parlé de requin tigre, d’autres de requin bouledogue. Les responsables sont ils des requins du large ou des requins côtier justement? Une chose est néanmoins quasiment probable: il pourrait bien s’agir du ou des mêmes requins qui est ou qui sont passés à plusieurs reprises à l’attaque.

Vous qui semblez très bien connaître la Réunion, vous devez savoir qu’il y a 2 ou 3 éléments à contrôler au plus vite (et c’est cela qui aurait du être fait depuis longtemps alors que cela avait été proposé à plusieurs reprises dans les années passées mais refusé soit disant pour une question financière!)

Ce qu’il faut bien comprendre c’est que ce n’est pas le requin qui a changé de comportement!  l’homme en revanche a envahi de plus en plus la mer et principalement l’espace littoral pour toutes sortes d’activités de loisirs ou commerciales et là malheureusement il rencontre les habitants de cette zone et donc les requins. Sur les 2 dernières décennies on a remarqué une augmentation des attaques. Actuellement on en compte environ 80 par an à travers le monde dont près de la moitié ont lieu sur les côtes atlantiques américaines (Floride, Caroline du nord et sud)! C’est exactement là où la densité de population qui a envahie la mer est la plus importante! La corrélation entre les 2 a été prouvée par la communauté scientifique et n’est malheureusement plus à démontrer. Pour parler de ces attaques on parle de « réaction à l’ingérence territoriale ». Et on sait qu’à la Réunion (comme dans beaucoup d’autres lieux touristiques) il se passe la même chose.
La seconde explication peut être un acte de type alimentaire. A la réunion il y a 3 facteurs possibles:
– premièrement, une réserve naturelle marine a été construite en 2007 avec une prolifération des poissons puisque le but de ces réserves c’est que l’écosystème puisse se reconstituer (corallien principalement) mais automatiquement c’est toute la chaine alimentaire qui se reconstitue! et donc une arrivée et une présence plus active des requins.
– deuxièmement, il existe des cages à poissons dans la baie de Saint Paul. On sait très bien que ces « fermes aquacoles » offshore constituent un stimuli très important pour les requins. L’ Australie a connu les mêmes problèmes avec les fermes à thons notamment dans la zone de Port Lincoln avec une recrudescence de requins et donc d’attaques (principalement de requins blancs). Pas plus tard que l’année dernière un grand requin blanc a sauté dans une ferme à thons en Tunisie et il a fallu l’abattre pour le sortir.
-Troisièmement, autour de La Réunion ont été disposés des dispositifs de concentration de poissons (DCP). Savez vous à quoi sert un DCP? Tout simplement à recréer une chaine alimentaire en concentrant les poissons sur un site précis! Et même s’ils sont situés au large ce n’est pas les 5 ou 7 km qui les séparent des côtes (et donc d’une potentielle nourriture) qui posent un problème aux requins! Une telle distance n’est rien pour eux. Près de 35 de ces systèmes ont déjà été installés autour de La Réunion à des distances qui varient de 3 à 12 milles des côtes! Vous ne le savez peut être pas mais en 2007 par exemple plus de 70% des débarquements de la petite pêche réunionnaise étaient issus de la pêche de grands poissons pélagiques sous DCP (comme les thons, marlins…)! Mon ami Bernard SERET spécialiste des requins (qui a d’ailleurs vécu 2 ans à La Réunion) avait proposé une étude sur le lien attaques des requins/DCP. Cela n’a pas voulu être retenu par les autorités….

Alors quelles solutions me direz vous?

La première qui aurait due être prise depuis longtemps est de fermer la zone de Saint Gilles a toute activité nautique et principalement aux surfeurs qui sont la cible n°1 des requins. Cela permettrait de déshabituer les requins à la présence des hommes et d’observer alors ce qu’il se passe. Mais vous vous doutez bien qu’une telle décision est trop difficile à prendre sans s’attirer les foudres de tous ceux qui vivent du tourisme et avec des conséquences économiques qui risquent d’être désastreuses très rapidement. Pourtant posons nous un instant la question de l’impact économique si ces attaques continuent? A mon avis cet impact sera bien plus destructeur comme cela s’est passé en Egypte.

La seconde est, comme nous l’avons fait en Australie, de mettre en place une étude au moyen de balises soniques implantés sur des requins. C’ est une des méthodes les plus efficaces qui soit pour comprendre ce qui se passe et mettre en oeuvre les moyens adéquats. Cette méthode permet de connaître le circuit préféré des requins, la taille des squales, le shéma type de leurs migrations, les espèces les plus fréquentes etc… (c’est comme cela qu’on s’est rendu compte en Australie que les fermes à thons attiraient de plus en plus de requins blancs près des côtes). Mais là on aborde la question cruciale de moyens financiers à mettre en oeuvre…

A ce jour, sans ces études, personne n’est capable de conseiller les autorités sur les décisions à prendre (Bernard SERET avec qui j’étais hier me l’a également confirmé).

Vous qui pratiquez des sports de mer le savez comme moi: le danger requin ne sera jamais totalement écarté. A moins de vider les océans de ces prédateurs comme certains le proposent stupidement!
Les bonnes décisions doivent être prises. Et rapidement maintenant.

Pour terminer, par rapport à votre dernière question, je ne connais pas le bracelet magnétique mais je doute vraiment qu’un moyen à 55 euros puisse efficacement vous protéger (cela se saurait)! En revanche je connais le Shark Shield pour l’avoir utilisé. Sur des petits requins il fonctionne. Mais sur du mako, du tigre ou du bouledogue nous n’avons pas suffisamment de retour pour dire que c’est LA solution.

Cordialement.                                                                                                                                     Patrice HERAUD

Monsieur

Merci pour votre réponse

 Je suis sincèrement désolé de vous avoir froissé avec ma remarque  mais  elle n’était pas à visée « moralisatrice », je ne me serais pas permis. Ma pensée en écrivant cela allait vers la famille et les proches des victimes. Les gens en général ont été profondément touchés par ces évènements. Par ailleurs on ne s’imagine pas ne plus pouvoir profiter des joies de la mer, cela nous rend tous un peu nerveux moi y compris. 

Concernant le marquage par des balises des requins, nous étions un certain nombre à se demander pourquoi celà n’avait pas été évoqué afin d’étudier précisément les habitudes des animaux, vous nous apportez la réponse…espérons que le bon sens triomphera enfin, plutot que des mesures démagogiques (mais ne sont-elles malheureusement pas utiles ?)

Concernant le type de requin il n’y a pas de certitude c’est vrai mais à mon modeste niveau je soumets ces remarques à votre expertise:
1/ Que des makos attaquent au bord par quelques mètres de fond, cela me semble curieux. Sur les DCP, Ils se concentrent autour c’est certain et facile à constater pour les non experts comme nous mais au bord…
2/ Les Tigres sont assez rares, facilement reconnaissables …
3/ A Mayotte les requins venant déchirer les parcs à poissons (qui sont de véritable aimant à requins c’est clair) sont souvent des bouledogues me semble t-il ( M Pierre Baubet, directeur de la coopérative des pêcheurs de Mayotte a l’info car c’est lui qui les a prélevé), les personnels travaillant à la Réunion autour des parcs à poissons parlent aussi de bouledogues, le requin pêché à St gilles par des particuliers (qui ont d’ailleurs fait l’objet d’une plainte) et incriminé dans l’attaque de st gilles était un bouledogue.

La réserve, les DCP « boustent » la chaine alimentaire (tant mieux c’est l’objectif) et donc le dernier maillon que sont les requins .Mais alors pourquoi 2 attaques exceptionnelles aux Seychelles. Je ne peux m’empêcher de penser  aussi aux bouleversements majeurs que connaissent les océans avec le réchauffement de la planète (le non spécialiste que je suis, est très très inquiet). A mon niveau je constate avec tristesse la mort massive des coraux à mayotte lors des saisons chaudes (récidive du phénomène il y a encore deux ans), la modification depuis deux/trois ans de la migration des baleines qui sont bien moins nombreuses à Mayotte et inversement beaucoup plus nombreuses à la Réunion alors qu’elles y étaient rares il y a encore peu, l’arrivée de poissons tropicaux en méditerranée (barracudas, coryphènes…) etc
Sans oublier les pêches massives et non sélectives par les thoniers, les longs liners…qui vident les océans. L’océan indien est actuellement le seul océan (je crois) où les prises en tonnages augmentent chaque année. Pour combien de temps? Les images satellites montrant les thoniers barrant le canal du Mozambique lors de la migration des thons albacor sont édifiantes. A notre niveau nous constatons un écroulement de la taille des bancs de thons et de leur taille moyenne. Certains disent que les requins n’auraient plus rien à manger et se rapprocheraient des côtes ?

Merci encore pour votre réponse et si vous passez dans le coin, n’hésitez pas à me contacter. Si je suis à Mayotte , ce serait un plaisir de vous amener sur son beau lagon . Nous irions voir quelques beaux spécimens de requins gris…

Cordialement
J-M R.

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Attaques de requins à La Réunion: réactions

  1. tatiana dit :

    Je n’ai qu’un mot à dire (ou peut-être deux) BRAVO et MERCI Monsieur Heraud 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s