Un goût d’inachevé

Dernier retour à terre après cette troisième expédition. Un vent de tristesse souffle à bord depuis quelques jours. Après avoir essuyé des tempêtes, des températures glaciales, une houle permanente et plus de 3 plongées épuisantes par jour, nous aurions du, ce soir, être heureux d’avoir vécu une fantastique aventure humaine partagée avec mon équipe et une fabuleuse aventure animale grâce à la présence exceptionnelle d’un grand nombre de requins blancs (chaque jour et ce, depuis le tout premier jour, nous avons eu un minimum de 3 requins blancs durant nos plongées et jusqu’à 7 grands blancs sur une seule plongée).

Pourtant ce soir, c’est un goût d’inachevé qui plane sur l’équipe. Car, au large des îles Neptune, nous n’avons rien pu faire pour un jeune grand requin blanc blessé par des hommes sans scrupules.

Lors de ma première plongée en cage de surface, alors qu’un grand requin blanc tournait autour de moi depuis plus de 10 minutes, mon regard fut attiré par une forme sombre cerclée de blanc dans les profondeurs. Ce n’est que bien plus tard, quand cette  forme remonta vers moi que je pu remarquer qu’il s’agissait d’un jeune grand requin blanc bien mal en point : son corps était entouré d’un cercle de plastique blanc semblable aux cerclages de sécurité utilisés pour les colis. La peau du dos était totalement entaillée et ce requin ne s’approcha pas suffisamment de moi pour me permettre de comprendre l’étendue de ses blessures. Après avoir analysé avec l’équipe scientifique les différentes photographies réalisées, nous avons décidé de réaliser une plongée en cage de profondeur alors que le fond dépassait à cet endroit là les 30 mètres (profondeur qui, nous le savions, limiterait notre temps de plongée et donc les possibilités d’approcher au plus près ce jeune requin) pour tenter de réaliser des clichés supplémentaires et ainsi déterminer ce que nous pouvions faire pour ce requin. 15 minutes plus tard alors que nous envisagions notre remontée, le requin est apparu. Et il se mit à tourner autour de notre cage avec beaucoup de prudence. Cette plongée m’a permis de réaliser un grand nombre de photos de ses blessures mais aussi d’identifier ce requin : il s’agissait d’un jeune mâle de 2,40 mètres probablement âgé de 3 ou 4 ans. Les blessures étaient bien plus importantes que ce que nous avions cru au préalable. Pour tenter d’expliquer ce qui avait bien pu se passer, 2 théories furent émises par l’équipe: soit ce requin avait été accidentellement capturé  dans des filets et avant de s’en débarrasser ses tortionnaires  lui avait passé autour des ouïes ce cerclage de plastique soit on avait tenté de le capturer à l’aide de ce cerclage utilisé à la façon d’un collet. Une dernière hypothèse, beaucoup moins crédible et difficile à croire, fut de dire que ce requin avait pu se prendre seul dans ce cerclage jeté à la mer depuis un bateau…

Les jours suivants, nous avons enchainé les plongées et mis en place plusieurs procédures pour tenter de délivrer ce petit requin de cet amas de plastique.  Car le verdict des scientifiques était malheureusement sans appel : les blessures de ce requin étaient trop importante pour qu’il puisse survivre sauf si nous parvenions à couper ce lien qui l’entourait et qui pénétrerait au plus profond de ses chairs au fur et à mesure qu’il grandirait.

Malheureusement toutes nos tentatives sont restées vaines y compris la plongée de la dernière chance que nous avons réalisée hier soir. A 19h alors que la nuit était tombée nous avons chargé la cage d’appâts et de sang  pour que le requin puisse s’approcher au plus près attiré par ces nombreux morceaux de thon. La tactique que nous avions mise en place avant de plonger était simple : nous étions chacun équipé d’un long couteau et si le requin s’était approché suffisamment près de nous, nous aurions tenté de glisser la lame entre le lien et le dos du requin pour sectionner ce lien. Mais, après 20 minutes passées par 25 mètres de fond dans le noir absolu uniquement illuminé par nos torches, nous avons du nous rendre à l’évidence : le requin gardait ses distances et ne nous permettait pas d’intervenir sans prendre des risques inconsidérés. Et, comme pour nous signifier que nous ne pouvions plus rien faire pour lui, nous l’avons vu disparaître définitivement dans les profondeurs.

L’image de ce jeune requin que nous avions surnommé  « Free Boy » restera, à jamais, gravée dans nos mémoires.

Demain nous prenons le chemin du retour. En attendant de rentrer en France et de vous faire partager mes dernières photographies de cette expédition,  je vous laisse découvrir ces tristes images.

Les animaux font preuve de beaucoup plus d’humanité que certains êtres humains.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

21 commentaires pour Un goût d’inachevé

  1. CARITEZ MARIANNE dit :

    C’est vrai que ça fait mal au coeur …
    Pauvre requin et vraiment l’hypothèse d’une capture me semble la plus réaliste.
    Peut-être que les autres expéditions auront l’occasion de recroiser ce requin et peut-être de pouvoir intervenir. Il n’y a plus qu’à espérer …

  2. Nicolashark dit :

    Salut Patrice, je vois que dame nature fut capricieuse avec vous !. Cela me rappelle des souvenirs !. En ce qui concerne le jeune requin blessé, même constat qu’avec la grande femelle de 5 m. qui avait une corde autour d’elle (mais en plus pire malheureusement).
    Bon courage quand même et on se voit plus tard, un bonjour au reste de l’équipe.
    Et encore de bien belles photos,
    Biz.

  3. Louise Rigolet dit :

    Oh my god Patrice.
    Very profound images, I feel really sad when I see pictures of « Free Boy ». You made an incredible effort, I’m really proud of all of you.
    /Louise

  4. CLEMENT dit :

    Ces photos sont attristantes et révoltantes. Vous terminez votre expédition sur une image amère mais pensez aux requins que vous avez pu approcher , photographier , filmer, et aux commentaires que vous allez écrire afin de mieux nous faire comprendre le comportement du grand requin blanc.

  5. Noémie dit :

    c’est affreux !! les hommes sont vraiment cruels !!

  6. lescureux dit :

    que les hommes sont cruels ! çà on le savait!!!!!!!! mais là c’est horrible, je suis de tout coeur avec toi !! Mais je sais que tu essayes de changer cela! fais leur voir l’amour que tu as pour ces seigneurs des mers!!!!!!!

  7. NATHALIE dit :

    Pauvre Free Boy, ça me donne mal au coeur quand je vois ces photos…
    Il n’y a pas de quoi être fier de la nature humaine quand on voit ces terribles blessures.
    Mais nous savons que votre équipe fait tout son possible pour tenter de sauver cette espèce et je vous admire beaucoup pour votre investissement et aussi pour les risques que vous prenez lors de vos plongées sans compter les conditions climatiques et maritimes qui étaient très rude.
    En tout cas merci pour ces si belles photos et vos commentaires, cela m’a permis de vivre cette aventure avec vous et de me rapprocher encore plus de cette si belle espèce.
    Je vous souhaite à tous un bon retour en France.

  8. Alexis Caro dit :

    Pauvre requin … Je comprends tout à fait l’émotion en voyant qu’on ne peut lui venir en aide.
    Cela fait encore réfléchir sur la cruauté et l’incompréhension de certains.
    Tristes images

  9. orel dit :

    i am so sad when i am seeing theses pictures…pffffffffffff

  10. monney dit :

    Quelle tristesse et impuissance en regardant ces photos….j’en suis très touché et je me dit avec beaucoup de pessimisme que malgré l’étendue des océans,les animaux restent vulnérables et chassés de leurs environnements.L’homme s’approprie malheureusement tout,se donne le droit de vie ou de mort sur chaque espèce, et les quelques hommes respectueux des merveilles de ce monde comme vous monsieur Heraud ne peuvent malheureusement que retarder ce processus destructeur…..
    Heureusement que des gens comme vous existent car les messages d’espoir(mais aussi de tristesse) que vous nous faite passer au travers de vos magnifiques photos, permettent de prendre conscience de la réalité et de rester mobilisé !
    Vous avez tenté en vain de sauver ce requin,c’est tout à votre honneur car vous et votre équipe faites un travail de protection remarquable !
    merci Monsieur Héraud.
    Vinvent M

  11. CARLIER dit :

    c’est tout à fait (excusez moi le terme) dégueulasse ce qu’à subit ce requin qui ne demandait rien à personne. On peut être condamné pour maltraitance à un chien et pourquoi pas à un requin. Il y aura toujours des abrutis hélas. On ne se rend pas compte que si les requins disparaissaient, ce serait le début de la fin : tout comme la diminution des insectes et notamment de l’abeille. Le requin est un régulateur de la nature et des mers. Autant enlever les fondations d’une maison. VOILA !!!
    Quel chance vous avez de nager avec le requin blanc : mon animal fétiche pour lequel j’ai une grande admiration.

  12. d'artagnan dit :

    Coucou c’est la maman Alexandre de super photos

  13. leglastin dit :

    « Great new on Strappy! During a recent expedition, Andrew Fox has cut and removed the tape from Strappy. This does not put ‘Strappy’ fully out of danger but will hopefully allow him to start healing and get stronger. Thank you everyone for your concern for him. The full story of his rescue with video coming soon. »RODNEY FOX

    En gros ils ont coupé le cercle en plastique.Coollllllllllllllll!!!!!!!!!!!

  14. RAOULT dit :

    Vraiment affreux !!!
    Comment peut-on rester insensible à ça !!!

  15. teanini dit :

    L’Homme : un Stupide animal !!!!!!

  16. L’Homme est la pire des espèces animales : elle détruit par cupidité, par jalousie, par conviction suivant des rites archaïques et toute simplement par jeu ! Bien heureusement ils sont peu mais trop au vue des dégât qu’ils génèrent…

  17. Noemie dit :

    Ca me rend malade.. J’aimerai bien voir la personne responsable de ce massacre, avec la même chose autour du cou. En tout cas, vous avez essayé de le sauver et c’est déjà énorme.

  18. DiegoPJ dit :

    C’est l’une des raisons pour lesquelles je ne m’apitoie pas sur le sort de quelques surfeurs ou nageurs. La préservation des grands requins blancs est à mes yeux plus importante que les caprices de baignade ou de surf de certains. J’ai lu le récit de Free Boy et c’est touchant. Je crois au karma et j’espère que les individus véreux qui lui ont fait subir cela subiront de terribles souffrances avant de trépasser…

  19. Chris dit :

    Je n’ai pas de mots, mais Bravo pour avoir tenté de le délivrer, c’est vraiment honorable!

  20. baridon dit :

    …triste société !!!! que la nôtre !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s